Batte complice

Batte complice  

Françoise Contat 

http://lescontesdelafee.e-monsite.com

   Avec des mots très dur, ils ont parlé de moi 

Ils me regardent tous, me frôlent, dramatisent  

Pris entre quatre murs, dans un plastique froid 

Je suis un assassin. C’est du moins ce qu’ils disent.   


Je serais plein de sang, Ils m’auraient découvert 

Caché tout près du lieu où gisait le cadavre.  

Ma tête sent la mort. Le diable Vauvert  

Existe, j’en reviens ! Et tout cela me navre.   


 J’étais fait pour l’air pur, le soleil, le gazon  

Pour frapper une balle au bout de l’horizon  

Et je suis là, perdue, complice involontaire    


 D’un ignoble forfait, ne sachant que me taire. 

 Ma vie sera sans but, loin du stade grondant  

Au fin fond d’un  placard ; Moi l’objet contondant. 


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×