Crépuscule

 

Crépuscule

 

Portée par le tap-tap

Je me rapproche sans passion du rivage en bout de plage.

L’ombre de Max grandit,

A la surface des flots noirs la lumerotte diminue.

 

Je ne suis plus vigousse

Je suis comme un fada perdu qui nierait son évidence

Il drache dans mon cœur

Et une poudrerie givrée entre dans mes poumons noircis.

 

Le champagné m’a dit

Tu ne peux pas rester ainsi sans un visage et sans un corps

Dans l’ombre du phare

 

Oh dépanneur chafouin

Ton obole en mes mains fermées vaut bien parbleu un autre choix ?

Fais-moi une ristrelle !

 

 

Françoise Contat

Printemps des poètes 2016

 

Concours de poésie tout public; thème libre mais 10 mots imposés :

 

Chafouin (France)                  :           sournois et rusé (physionomie)

Fada (France)                         :           un peu fou, niais

Lumerotte (Belgique)             :           source de lumière de faible intensité

Dracher (Belgique)                :           pleuvoir, il pleut

Ristrelle (Suisse)                     :           petit café très fort à la vapeur du percolateur

Vigousse (Suisse)                    :           vigoureux, plein de vie

Tap-tap (Haïti)                                   :           taxi collectif en Haïti

Champagné (Congo)              :           personne d’influence aux nombreuses relations

Poudrerie (Canada)                :           neige fraîche que le vent fait tourbillonner

Dépanneur (Canada)              :           Petite épicerie ouverte au delà des heures habituelles      

Elégie : chant de mort. Vers élégiaques : Pentamètre : 6 pieds. Hexamètre : 16 pieds. En distique : réunion de deux vers de mètre différent, formant un sens complet.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site