Madrague

Françoise Contat       

Mai 1999

http://lescontesdelafee.e-monsite.com

 

En ce temps-là, je racontais, dans le port de la Madrague de Montredon,  aux enfants des écoles, des contes sur la mer et les marins. En attendant les cars j’observais la mer. J’opposais la féminité de la mer et de la vague à la masculinité du rocher, du roc. Et, un matin, comme je les inversais, ce poème s’est imposé.

madrague2-1.jpgQuand la mer, ce matin, fit l’amour au rocher,

Elle inventa pour lui les plus douces caresses;

Prit mille précautions pour charmer sa rudesse,

S’enroula sur ses flancs, parfuma son sommet.

Puis elle se cabra, Vrilla d’un jet ses eaux.

Et, prenant son élan comme horde sauvage,

Se jeta tout d’un bloc sur le tendre féage

Aux algues mouchetées de délicats cristaux.

Elle entra dans le roc avec force et passion,

Glissant ses eaux salées par chaque meurtrissure,

Créant, à chaque fois, pour nouveau taux d’usure,

Des cascades d’argent, de souples dépressions

Sur le cap prisonnier de son corps exclusif

Elle poussa, plus loin, alors sa langue humide

Et faisant écumer une vague perfide

Déposa sa semence au sommet du récif.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×