Les Chatelaines

 

 

 

2015 Scénette pour la médiévale (10 minutes)

 

LES CHATELAINES

 

Ecrit par : Luce, Jeanine et Françoise en 2015

 

Cunégonde et Yseult sont sur la haute tour du château d’Yseult

 

Cunégonde (agitant son voile)

Au revoir ! Au revoir ! Au revoir messire !

 

Yseult (sur la pointe des pieds agitant aussi son voile)

            Au revoir ! Au revoir mon doux seigneur !

 

Cunégonde (s’essuyant le front)

          Oh ces adieux qui n’en finissent pas ! J’en ai le bras tout ankylosé.  

 (Elle s’adresse à Iseult) Forcément, de chez vous, on les voit pendant 10 lieues.

          Je crois que j’aurais passé, plus de temps à lui faire mes adieux du haut des remparts qu’a l’avoir dans mon lit, ce seigneur là.

 

Yseult (s’asseyant sur le créneau, agitant toujours son voile)

            J’en peux plus !

Cette manie, aussi, de vouloir combattre les infidèles !

 

Cunégonde

Mais regardez-les. Ils ont l’air malheureux de nous quitter ? Non. Ils rient. Dès qu’il y a une croisade, le mien, il faut qu’il y aille !

 

Yseult (regarde Cunégonde)

            Le mien c’est pareil, je ne le vois jamais. On ne fait que se croiser dans les couloirs du château entre deux campagnes militaires.

 

Cunégonde (elle s’assoit)

Mais alors ! Comment vous faites pour le repos du guerrier ?

 

Yseult (énervée)

            Justement je voudrais bien savoir quel est l’imbécile qui a crépi, le mur du couloir sud, (elle se frotte le dos) Je vous le déconseille, j’en suis toute endolorie.

 

Cunégonde (lui frotte le dos)

            On ne les voit presque plus

Yseult (Regardant au loin avec la main au dessus des yeux pour se cacher du soleil)

            Je vois Enguerrand en casaque cramoisie, Il est où le votre ?

 

Cunégonde (plissant les yeux à son tour)

Tristan ? Là, Toujours au premier rang, bien sûr, Le grand ahuri avec la casaque blanche

 

Yseult (admirative)

            Oh, comme elle est blanche ! Je l’avais déjà remarquée lors du dernier tournoi. Elle est plus blanche ….. (Elle cherche ses mots) que blanche !

 

Cunégonde (flattée)

C’est vrai, chère amie, mais j’ai un secret. Je fais tout laver avec la lessive Blanche de Castille : La reine des lessives. 

 

Yseult (la main au front)

            Ah, le blanc d’Espagne, je comprends tout.

 

Cunégonde (se tapant sur les cuisses et se levant)

Ouf….. Ça y est ….. Ils sont partis, rentrons.

Nous voilà tranquille pour 10 ans.

 

Yseult (se tortille)

            Aie ! Aie !

 

Cunégonde (la regarde)

Mais qu’avez-vous Yseult ?

 

Yseult (se tortille encore)

            Aie ! Aie !

 

Cunégonde

Vous n’avez pas l’air bien. Vous avez l’air …. Coincée.

 

Yseult

            C’est ma ceinture de chasteté ! Elle me gène.

 

Cunégonde (les mains à la tête)

Oh, cette manie de tout mettre sous clef dès qu’ils s’en vont !

 

Yseult (essayant de l’enlever)

            Je ne vais pas la supporter pendant 10 ans.

 

Cunégonde (souriant)

Vous êtes jeune mariée ça se voit !

 

Yseult

            Pourquoi ?

 

Cunégonde

            Au début on accepte mais après ………….

 

Yseult (lui tâtant le ventre)

            Mais, Cunégonde, vous n’en portez pas ?

 

Cunégonde

Pas si bête !

Après sa première croisade, j’ai fait faire un double de la clef.

 

Yseult (se tortille encore)

            C’est trop dur !

 

Cunégonde

Ne vous inquiétez pas, je vais vous amener chez mon petit artisan qui va vous arranger cela en un rien de temps.

Il a des doigts très ……. agiles.

Des fois j’ai l’impression qu’il a trois mains. (Elle la prend par la main)

 

Yseult (la retiens)

            Une fois débarrassée de cette ferraille ça ira mieux d’accord.

           Mais après, vous faites quoi de vos soirées ? Vous brodez ? Parce que moi la tapisserie j’en ai ….. ras le Hénin !

 

Cunégonde (la fait asseoir et se place derrière elle)

Non, moi, je m’organise ….

(Rêveuse)

Je me fais ….. quelques pages ….. avant de m’endormir.

 

Yseult (rêveuse à son tour)

            Vous pourrez me le prêter votre livre …..(Elle tourne les pages d’un livre imaginaire) parce que l’amour courtois on en a vite fais le tour !

 

Cunégonde (lui fermant les mains)

Bien sûr, chère amie, (Riant) J’en ai plusieurs.

(Se levant) Bien ! ….. Nous y allons ?

 

Yseult (se levant)

            Oui, volontiers

 

Cunégonde (s’arrêtant)

Au fait il est solide votre château ?

 

Yseult

            Je crois …..

 

Cunégonde

Comment ça ! Vous n’en êtes pas sur ?

 

Yseult

Je crois ….. qu’on s’est fait avoir.

 

Cunégonde

Pourquoi ?

 

Yseult (elles se prennent par le bras)

            L’architecte avait dit que c’était un château imprenable. Mais en fait pour un château imprenable on a été rasés trois fois.

 

Cunégonde (S’écartant)

Vous le défendez comment ?

 

Yseult

            Avec de l’huile bouillante.

 

Cunégonde

Quelle quantité ?

 

Yseult

            Pour une grosse attaque, moi, j’en fais préparer pour 1500.

           Je préfère qu’il en reste plutôt que de manquer.

 

Cunégonde

Vous avez raison. Il ne faut pas lésiner sur la quantité ni sur la qualité.

Et vous prenez quoi comme huile ?

 

Yseult

            De la résine de pin, ça fait une bonne poix et c’est plus parfumé.

 

Cunégonde (la main sur le nez)

A propos de parfum, c’est quoi cette odeur épouvantable ?

 

Yseult

            Les douves, on y jette les lépreux, ça bouche, et l’eau ne circule plus.

           Je vous l’ai dit on s’est fait avoir.

 

Cunégonde

Mais c’est du toc ce château ! Qui l’a construit ?

 

Yseult

            Merlin l’enchanteur !

 

Cunégonde et Yseult (ensemble)

Pooooouf ! …….. Evidement (elles ramassent de la poudre et elles la jettent)

De la poudre aux yeux.

 

 

Luce, Jeanine et Françoise

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×