En réponse à Max

 

de Françoise Contat

http://lescontesdelafee.e-monsite.com

 

La coquille de l’ombre de Max a volée en éclats de voix

Les diamants de calcaire

Sont tombés sous les pas des promeneurs

Qui les ont brisés en poussière de vent.

 

Le vent du succès a soufflé en rafales sur la poussière

Certains en ont éternué

D’autres ont respiré à plein poumons.

 

Parfois la poudre était si fine qu’elle faisait pleurer les yeux

Parfois elle dansait dans la lumière

Parfois elle collait à la peau

Ou s’immisçait dans le creux de l’oreille

 

Mais quelle importance

Quand dans le silence

Le corps devient parole.

 

L’ombre de la coquille de Max est un parfum

Qui restera longtemps sur les lèvres

De ceux qui y ont goûté.

 

Merci Max !

Merci Monsieur Raymond Devos

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×