ELLE QUI RIT

Printemps des poètes 2001

Je travaillais à l’hôpital nord et j’ai écrit ce poème pour une petite fille diabétique de trois ans qui se promenait toute la journée avec sa pompe à insuline sur elle (branchée). Elle était tellement petite que la charge était énorme pour elle. Jamais une plainte comme savent le faire les enfants malades ; plutôt le sourire, le rire même, lors de mes visites de conteuse. Nous nous entendions si bien. Une pensée pour elle.

 

Quelqu’un voyage en utopie

Dans les couloirs repeints

Aux couleurs du repos.

 

C’est un oiseau tout en nuances

Au corps de flamme.

 

Un courant d’air,

Un souffle,

Une respiration,

Qui écoute le chant silencieux

Des voix de sirènes qui se taisent.

 

Encore à l’affût,

Inspirée par les fées,

Elle réveille:

 

L’amour et la beauté,

Tapis au fond des yeux,

Fatigués,

Des enfants sages

Qui luttent.

 

Françoise CONTAT

Février 2001

Mots imposés : BEAUTE - ENCORE - FLAMME - INSPIRE - KYRIELLE - NUANCE - OISEAU - QUELQU’UN - UTOPIE - VOYAGER.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×